Plateau mexicain

Nous avons pris une pause de deux semaines dans la ville de Mexico, que l’on surnomme aussi el DF (district fédéral). La deuxième radiographie du coude de Pierre indiquait que l’os avait commencé à se souder mais qu’il était contre-indiqué de reprendre la route immédiatement.

La ville de Mexico compte une population de plus de 22 millions de personnes, ce qui en fait la deuxième plus grosse ville de l’hémisphère occidentale. Mexico se situe à 2240 mètres d’altitude. Le climat est donc tempéré et en hiver, frais. La vallée de Mexico est entourée de plusieurs chaînes de montagnes. On y compte plusieurs volcans. Depuis 1994, le volcan Popocatepeti a repris son activité. Ce dernier se situe à 70 km de la ville. Contrairement à mes appréhensions, le centre-ville de Mexico est assez jolie. Le centre-ville compte beaucoup d’espaces verts. Il y A très peu de grattes-ciel. On y retrouve aussi plusieurs plans d’eau. La ville compte de nombreux musées, d’endroits branchés. Nous ne nous sommes jamais senti importunés par la qualité de l’air. Le ciel est cependant souvent voilé par le smog, ce qui nous a empêché d’apprécier les jolies volcans qui entourent la vallée. Nous vous recommandons de loger dans le quartier de la Condesa et de La roma. Dans ces deux quartiers … un peu bourg.. on peu y apprécier la vie de quartier et découvrir de bonnes adresses pour boire ou manger. On peut se sentir vite étouffé dans le centre-ville historique. Nous étions pendant le long week-end…l’horreur.

Cathedrale, centre historique

A Mexico, j’ai repris contact avec un couple d’ami Mexicain que j’avais rencontré dans un voyage effectué précédemment au Mexique. Angelica et Adam nous ont initié au Mezcal. Le Mezcal est une boisson alcoolisée préparée à base d’agave. Son goût se rapproche de celle de la téquila. La téquila est une variété de Mezcal qui doit obligatoirement être élaborée à partir de l’agave tequila a Weber. Lors de notre soirée initiatique, Pierre a enchaîné les dégustations…et c’est par le fond de culotte que j’ai réussi à le ramener à l’auberge. Du jamais vu !

Avant de quitter Mexico, nous avons été invité à nous joindre à une balade du dimanche en Jeep. C’est en 4×4 que nous avons gravi les 3000 premiers mètres du Volcan Iztaccihuati (5286 mètres). Nous avons apprécié énormément cette petite aventure mais certe, préférons tout de même explorer la nature avec un mode de locomotion plus naturel.

 

Au début mars, Pierre a obtenu son congé même si son coude demeurait un peu douloureux. Après sa 5 semaines, il n’y avait plus de risque que l’os se décolle. Par contre, il était risqué de pédaler pour sortir de cette mégapole. Nous avons donc mis le cap vers la ville d’ Acambajo en autobus (200 km au nord ouest de Mexico). Nous avons encore une fois été chaleureusement accueilli chez un autre membre de WS, Jaime. De son village, nous avons enchaîné les autobus pour rejoindre le sanctuaire des papillons Monarches dans la région montagnarde de la province de Michoacan. Chaque année, depuis le Canada, les monarchies parcours une distance de 4000km pour atteindre des montagnes de sapins qui se situent à plus de 3000 mètres d’altitude. A la fin de l’hiver, au mois de mars, les papillons refont le chemin contraire vers le Canada. L’expérience est incroyable. Lorsqu’il fait soleil, les papillons volent par millier dans le ciel. On a l’impression d’une tempête de neige de… papillons monarches.

D’Acambarojo, nous avons mis 2 semaines pour rejoindre la ville côtière de Mazatlan en vélo via le plateau mexicain. Nous avions choisi cet itinéraire puisque le terrain avait peu de dénivelé. Nous souhaitions être à Baja pour le début mars et nous souhaitions éviter de nous déplacer encore par autobus. Le paysage sur le plateau au nord de Mexico est de type aride. Les terres sont souvent clôturées. Il peut donc s’avérer être un défi de trouver un endroit pour poser la tente. Nous avons parfois dû sauter une clôture après la noirceur ou poser la tente en dessous d’un viaduc. Le taux d’homicides et de crimes est très élevé dans ce pays et plus particulièrement dans le nord du pays. Il est donc important de bien choisir ou l’on souhaite poser la tente. Dans cette région, au mois de février et de mars, il faut être prêt à affronter les grands vents qui vous fouettent dans tous le sens. Nous avons dû faire de l’auto-stop lorsque des rafales de plus de 70 km nous fouettaient dans tous les sens.

Pour atteindre la côte du pacifique, nous devions traverser une chaîne de montagne qui se nomme la Sierra Madre. Cette chaîne de montagne longe principalement la côte ouest en est du pays.. La SM s’élève à 2250 mètres avec des sommets de montagnes culminant plus de 3000 mètres d’altitude. À partir de Durango, il est possible d’emprunter deux routes pour rejoindre Mazatlan. Nous avons choisi de traverser la chaîne via la route # 40 que l’on appelle aussi Espinata del diablo. Cette route porte aussi le nom de 666 (# du diable). Avant la construction de l’autoroute, cette route était considérée très dangereuse puisque beaucoup de véhicules et camions lourd empruntaient cette route qui multiplie les lacets. Cette route est maintenant une route secondaire. La majorité des automobilistes et camionneurs emprunte l’autoroute. Avec un dénivelé de 2800 metres pour rejoindre la mer, nous ne nous aurions jamais imaginé dépenser autant d’énergie sur les 80 premiers km. Cette première section de la route sillonne les crêtes. Nos réserves de nourriture et d’eau baissaient rapidement. Ce n’est que la deuxième journée que nous avons chaîné les lacets pour descendre vers la mer. Cette route est magnifique. Le paysage contraste avec le reste du Mexique. On a plus l’Impression d’être au Canada qu’au Mexique. La route est sinueuse et elle traverse de magnifique forêts  d’épinettes. L’odeur ! Il est facile de trouver un endroit pour poser la tente. Bravo à ceux qui font le chemin inverse…un dénivlé de plus de 2600 mètres.

Une fois la traversée de la Sierra Madre complétée, nous avons mis le cap vers le port de Mazatlan pour rejoindre, en traversier, la ville de La Paz qui se situe à Baja Califnornie. Nous étions excités de rejoindre Baja. La température était considérablement plus chaude sur la côte. Nous commencions à nous préparer mentalement pour affronter la chaleur du mythique désert de Baja.

Une réponse à “Plateau mexicain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s