Zanzibar-Dar es Salaam

A partir du Mike cottage, il est possible d’obtenir un transfert pour Zanzibar. J’ai partagé les frais du bateau avec une française. Le coût pour faire le trajet est de 150 $ avec un speed boat (bateau en aluminium). Il est possible de faire le trajet à moindre coût (dhow avec voile). Par contre, certains font naufrage. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est illégale pour les touristes de les utiliser.  Le bateau devait arriver à 8h 30. A 10h 00, nous sommes toujours sans nouvelle et la fille à la réception n’a pas les coordonnées du gars. Je commence alors à m’interroger sur les raisons de ce retard. Pour de grosse sommes d’argent comme ça, vous pouvez être certain que normalement, ils seront à l’heure. Hummmm…bizarre. Un Gars arrive alors avec sa fille et il nous dit avec un grand sourire: the boat is coming. The engine was broken. Je lui demande: Is the engine have been fixed  !!!!! Pour moi, ce n’est pas une bonne une si bonne nouvelle. MOi qui pensais qu’en prenant un bateau en aluminium, on etait sûr de pas couler. Je n’avais jamais  songé à l’aspect mécanique du truc. On a 60 km faire pour se rendre à Zanzibar et par experience, je sais que nous ne sommes pas rendu. Moi et ma nouvelle amie, on se regarde et on se met à rire…rire de nervosité. Les gars nous aident rapidement à charger le bateau, la mer est calme et nous partons rapidement. Après quelques minutes seulement, le conducteur arrête le bateau et il enlève le moteur pour en mettre un autre. Le moteur est lourd. Ils doivent se mettre à 2 ou 3 pour l’inter changer. Je dis alors à mon amie: Ils vont nous échapper les moteurs au fond de la mer et nous n’avons même pas de rames, pas de bouffes, pas de radio et peu d’eau. Elle n’est pas plus rassurée que moi. Après quelques minutes, nous repartons. L’un des gars se met à ouvrir le deuxième moteur. Il sort ses outils et il commence à le réparer. Je bouille de l’intérieur. J’ai la boule à la gorge. Dans ma tête je me dis: non mais merde. On ne répare pas un bateau en route, à 30 km de la rive !!!! Aucun d’entre eux ne parle anglais. Je suis convaincue qu’ils n’ont jamais compris notre détresse ou même que nous avions pu être super inquiète. Eux, c’est leurs vies et ce n’est sûrement pas la première fois qu’ils se mettent les mains dans un moteur. Mais quand toi tu n’y connais rien, que tu ne parles pas la même langue, que tu es à 30 km au large, qu’on échange les moteurs de plaçe (hyper lourd) et que tu n’es pas dans ton élément, y’a de quoi de te faire monter la pression d’un BON cran. A un moment dans le trajet, mon amie me regarde et elle me dit: mon dieu que je suis contente que tu sois là. Bon, pas sûr que ça change quoi que se soit mais j’acquiesce. Je ne peux pas vous raconter le soulagement quand nous avons aperçu la côte de Zanzibar. Et l’eau bleue !!!!

image

Je peux vous garantir que le bleu que vous voyez sur des photos de Zanzibar sur internet, What you see, its what you get. J’ai passé mes premières nuits à Nungwi, qui est situé sur la pointe nord de l’île (drop off en bateau). L’eau est très belle, les marées ne sont pas énormes (on peut se baigner à tout moment de la journée), mais il y a quand même des algues dans l’eau. Même en dehors de la saison touristique, il y a beaucoup de gigelo (tanzanien et Maasai) sur la plage qui vous arrêtent et qui tentent de vous charmer et de vous vendre pleins de gogos ses et des tours. Bon, comme partout dans le monde. Surtout, si vous êtes une fille seule comme moi. Les deux grandes saisons touristiques sont l’été et entre décembre et février. Ensuite, plusieurs hôtels ferment boutique puisque c’est la grosse saison des pluies.

Zanzibar est un archipel de trois iles principales  (Unguja, Pemba et Mafia) et d’autres petites îles, situé dans l’océan indien à environ 40 km de la côte. L’île de Ungula est connue sous le nom de Zanzibar. A ses débuts, la principale source d’économie était le commerce du clou de girofles et des esclaves. La religion dominante sur l’île est l’islam (98%). Malgré le tourisme, les gens continuent à vivre de façon traditionnelle ce qui selon moi fait tout le charme de l’île. Le jour, les hommes et les femmes vont dans la mer pour pêcher avec différentes façons traditionnelles. Les femmes se placent en cercle, ils clapotent l’eau et ensuite referme le cercle vers un filet.

image

Pour ce voyage, je suis en traitement différé. Ce qui veut dire que pendant 4 ans, je suis payée à 75 % mais que je ne travaille que 3 ans. J’ai donc un salaire. J’investis beaucoup pour le terrain mais quand même, j’ai de l’argent de lousse. Donc, pour Zanzibar, je me suis lâchée lousse. Je me suis payée plusieurs nuits dans de beaux endroits. J’ai séjourné 3 jours au Sunshine Marine lodge à Matemwe. J’ai aussi passé quelques jours à Pongwe au Seasons lodge. Si vous avez un peu d’argent de lousse, je recommande ces deux endroits.

imageimage

La plus belle plage que j’ai vu à Zanzibar est situé à Paje. La plage est d’un blanc immaculé, l’eau bleu turquoise, le sable comme de la farine et pas un caillou. A Zanzibar, à marée basse, le sable se durci. Il est alors possible de rouler à vélo à travers les touristes en maison. On peut rouler facilement à une vitesse d’au moins 17 km à l’heure. À Paje, je suis resté quelques jours à Ananda beach lodge. L’endroit est directement sur l’eau, c’est pas cher et le proprio Roumain est hyper sympa. L’endroit a ouvert en novembre dernier. Donc, les prix sont encore compétitifs. Paje est aussi un spot reconnu pour le Kite surf.

imageimage

image

Pour aller à Dar es Salaam, j’ai pris le fast ferry de la compagnie Azam. Il semble que cette compagnie soit la plus fiable au niveau horaire et sécurité. Le billet coûte 35 $ pour un aller. Il faut ajouter 5 $ pour le vélo. Le trajet prend environ 1h 30. Pendant le voyage, le vélo est dans la cabine avec tous les autres baggages.

A la sortie du bateau, à Dar es Salaam, je m’attendais à arriver dans le traffic, dans la grosse chaleur et de voir la grande pauvreté. On m’avait fortement recommandé (un local), de ne pas trop m’arrêter si quelqu’un m’interpellait. La route vers Hunch backpacker était super jolie, il ni avait que quelques voitures sur la route (dimanche) et je ne me suis pas sentie abattu par la chaleur. Ce matin, je rencontrais le mécano de Bicycle Doctor pour un bon nettoyage et ajustement. La shop est située à 1 km de l’hostel. C’est pas vraiment une shop, plus tôt un vieux garage de tôle douteux. Si on ne m’avait pas recomendé fortement le gars, je serais parti. A l’heure que je vous écris, je ne peux pas dire si tout a été bien fait..je ne l’ai pas essayé. Ils font se métier depuis 30 ans et ils sont habitués de travailler avec des vélos de carbon. Ils connaissent très bien les freins à disque. Par contre, il faut avoir les pièces de rechange. Vous avez besoin d’une boite de vélo pour prendre l’avion, ils en ont toujours deux en back-up.

Je suis présentement à l’aréoport de Dar es Salaam. Ce sera un long voyage pour me rendre à Cancun (2 jours). Mais bon, ça va envaloir la peine :). Nous nous étions fait les au revoir pour 8 mois et demi et la, nous n’aurons été séparés que deux mois et demi !! Je suis impatiente de partager le reste du voyage avec Pierre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s