Rusomo-Babati

Safari est premier mot en Swahili (langue national de la Tanzanie) que j’ai appris ici. Ce mot veut voyage / journey. Nous connaissons tous aussi l’expression Akunamatata (film le roi lion) qui veut dire pas de problème.

J’ai eu aucune difficulté à passer la douane. Pour les canadians, il suffit de donner 50 US, donner les motifs du voyage, la destination et patienter quelques minutes. Une énorme rivière sépare le Rwanda et l’Ouganda, ce qui forme une frontiere naturelle. En 1994, lors du génocide, le corps de beaucoup de Rwandais y etaient jetes dans la riviere. En Tanzanie, on circule dans la voie de gauche. A la douane, un guichet automatique est mis a la disposition des voyageurs. Il est important d’avoir avec soi un peu d’argents local une fois en Tanzanie. Vous ne trouverez pas de guichets automatiques avant plusieurs centaines de bornes. Aussi, il semble qu’il est uniquement possible de changer l’argent US à partir de Kahama.

Effectivement, comme mentionné par mes ami(e)s Pierre Bouchard et Janick Lemieux, dès que j’ai traversée en Tanzanie, les contacts avec les gens étaient plus naturelles. Ici, pas de soucis. Le gens m’offrent régulièrement de m’aider. Des ma première heure en Tanzanie, une dame m’a offert de surveiller mon vélo a son magasin afin que je puisse retourner à la frontière me chercher une carte SMS pour que je puisse communiquer avec mes proches. Les gens m’accompagnent souvent dans les marchés, qui sont souvent en un peu en retrait, afin que je puisse trouver les produits souhaités. Régulièrement les gens me souhaitent la bienvenue. Il faut dire qu’entre la frontière et Arusha (capitale mondiale du safari), il y a presque 1000 km. Les pauvres, ils n’ont pas souvent la chance de rencontrer des muzungos. Ils s’empressent donc souvent de me dire a quel point ils sont heureux de faire ma connaissance. J’ai souvent l’impression d’être une star internationnale.

La route entre la frontière du Rwanda et Singida est peu interressante à mes yeux. Certes, dès les premiers KM, j’étais ennivrée par la tranquillité et par les grands espaces. Ce pays est beaucoup moins peuplé par KM carré que le Rwanda et l’Ouganda. Par contre, cet émerveillement s’est rapidement estompté. La T3 est la route principale qui relie Dar es Saleem (capitale économique du pays) et les pays voisins dont le Burundi, le Rwanda, la RDC, l’Ouganda. Enclavé dans le continent, les marchandises  sont donc livrés par camions a ces pays. On croise donc constamment de larges trains routiers. La route est assez monotone. J’ai eu beaucoup de vent de face. J’ai donc ponctué ma route de quelques pauses pour reposer mes jambes. Entre, Kagonwa et Nzega, j’ai pris un raccourci (route R939). Cette alternative en vaut vraiment la peine. Cette belle route de terre rouge passe a travers plusieurs villages de brousse. Les mangues que j’ai acheté sur ce tronçon de route étaient succulentes !

A la frontière, un ami m’a écrit une note en swahili, ce qui m’a permis de faciliter les communications lorsque je souhaitais poser la tente pour la nuit. J’ai dormi à quelques reprises chez la police et dans différents hopitaux. C’est d’ailleurs en discutant avec le responsable d’un des hopitaux que j’ai appris qu’en Afrique, il ne faut jamais manger de légumes verts sans les avoir préalablement cuit. Oupps..Le matin suivant, le directeur de l’établissement m’a invité à prendre le petit déjeuner a sa pharmacie et il m’a m’offert gratuitement quelques comprimés de magnesium au cas ou mon estomac se rebellerait de ma salade cuisinée. La malaria est un grand problème en Afrique. Cette région est très endémique compte tenu de la chaleur et qu’on y retrouve plusieurs plans d’eau. Les populations les plus a risque sont les gens de moins de 18 ans et plus particulièrement les enfants de moins de 5 ans. Leurs systèmes immunitaires ne sont pas encore assez fort et ils n’ont pas été assez exposés a la malaria. Malheureusement, les enfants qui vivent dans les villages éloignés en meurent souvent puisqu’ils arrivent souvent trop tard a l’hôpital. Selon mon ami Dr., il semble que l’africain moyen puisse combattre de façon naturelle la malaria puisque son corps a développé avec le temps des anti-corps. La médication n’est donc pas toujours de mise pour en guérir, ce qui est tout le contraire pour les occidentaux.

Contrairement a mes appréhensions, la température est restée assez clémente. Je ne me sens jamais écrasée par la température. Je pense cependant que le temps de l’année y est pour beaucoup. A d’autres moments, il semblerait que la température soit beaucoup plus chaude et humide. Sur ma route, la température a augmenté d’un cran entre village de Nzega et Shelui. Ces deux villages se situent dans le rift valley. Le climat et le paysage y deviennent aussi beaucoup plus aride. C’est dans cette région que j’ai vu mes premiers baobabs. Je transportais  avec moi des morceaux de melons d’eau afin de pouvoir me déshaltérer, avec autre chose que de l’eau et du coca-cola, a ma guise. En climat aride, le melon d’eau devient une vrai drogue !!!!

 

Je vous informe d’un changement soudain au niveau de mon itinéraire. Ce changement est confirmé puisque j’ai acheté mon billet d’avion. Le 5 décembre, je rejoindrai Pierre à Cancun (Mexique). Nous passerons donc les prochains 6 mois ensemble, à remonter la côte par le Mexique, Baja California et l’ouest américain. Je suis très contente de ce changement. L’argent a tombe du ciel 😉 Quel timing ! Il me semble que mon voyage manque maintenant de sens seul / sans lui. Nous sommes si bien ensemble. Je suis prête à partager cette expérience avec quelqu’un / lui. Pierre rêve de voyager depuis plus de 30 ans à l’extérieur du Canada. C’est donc un rêve qui se réalise pour lui. Je suis si contente de pouvoir de partager la réalisation de ce rêve avec lui. Puisque ma devise est de vivre ma vie sans regret, je continue donc à suivre mon coeur…et mon coeur m’amène a Cancun lololol.

Un ami d’un ami, un Tanzanien qui voyage aussi à travers le globe en vélo et qui a pour camps de base Arusha, a proposé de venir a ma rencontre a Babati en Jeep. J’ai donc fait les derniers 160 km pour arriver a Arusha sur 4 roues. Quel timing encore puisque maintenant, je suis serrée dans le temps. Dû moins, si je souhaite prendre au moins 1 semaine pour relaxer a Zanzibar. Je profiterai donc de ces quelques jours de repos chez lui pour reprendre des forces, bien manger, me gâter…Que 400 km ne me séparent maintenant de la côte !!!! Je serai donc bientôt a Zanzibar et … Cancun !!!!!!!

Publicités

4 réponses à “Rusomo-Babati

  1. Merci pour ce blog. Nous souhaitons aussi visiter l’Afrique … un jour. Nous sous croiserons peut-être car nous partons de San Diego le 21 Novembre pour descendre Baja et traverser le Mexique vers … Cancun ! hasta Pronto

    • tres drole ! Ce serait super de se croiser!!! on peut peut-etre se communiquer via FB? Donner du feedback sur la rte..contact..etc…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s