Masaka – Lac Bunyonyi

Premièrement, je souhaite remercier ceux qui m’écrivent via FB ou via mon blog. Vos mots me font chaud au coeur et ils me donnent l’énergie pour gravir toutes ces collines. Je suis contente de vous faire voyager et de vous inspirer. Je ne peux malheureusement pas répondre a tout le monde. Sinon, je serais constamment en train de gérer mes messages et je ne serais pas dans le moment présent. Soyez convaincu que je lis chacun de vos mots et que je suis toujours exciter d’ouvrir mon ordinateur pour vous lire.

La route de brousse entre Masaka et Lyantonde a été tout un défi physique. J’étais brûlée 40 km avant d’arriver a Lyantonde. J’aurais pu poser la tente avant mais je ne me sentais pas encore prête. J’ai fini avec de grosses côtes, de la sueur dans les yeux (ça brûle), mal de dos, assoiffée. J’ai aussi fini ma journée avec les freins a plat. J’ai réussi a les ajuster avec les conseils de mon ami Carl Presseault via FB. Je suis arrivée au couchéedu soleil. A l’hotel Nuvella et spa, j’ai negocié un prix acceptable pour mettre ma tente, avoir accès a une douche, un souper et un déjeuner. Au total, cette journée la, j’ai fait 85 km. Les gens continuent d’être très gentil. On me demande parfois de l’argent (surtout les enfants). Mais, Les gens ne sont pas insistants quand je dis ° no°. Par contre, quand j’arrive épuisée dans une ville, je me sens souvent agressée par leurs tentatives d’établir contact avec moi a domino. Certes, comme a la maison, je préfère la campagne.

Il y a quelques jours, j’ai pris la décision de modifier légèrement ma route en Ouganda et au niveau du voyage en général. En premier lieu, mes freins demandent déja quelques ajustements et j’ai eu des petits défis en lien avec mes tubeless. Je ne me sentaient donc pas en confiance pour traverser le parc Queens Elysabeth avec les lions et les buffelos. Il me semblait plus sage de tracer mon chemin en direction de Kigali. Il y a un super mécano. Aussi, j’ai proposé a Pierre de partager une partie de mon voyage avec moi. Ça ne fait plus de sens de faire tout ce voyage seul. Nous nous rejoindrons donc en avril pour faire la cote ouest américaine. Je ferai donc le Malawi, l’île Maurice et l’île de la Réunion. Je suis très heureuse de ce nouveau projet commun. J’ai aussi enlever le Madagascar de mes plans compte tenu a l’instabilité politique actuelle. De nouvelles élections sont prévue a la fin décembre, moment ou je comptais mis rendre.

Sur la route, j’ai été visiter les environs du parc Mburo. J’y ai croisé plusieurs Zèbres et Antilopes. C’est une bonne sensation de pouvoir les observer pendant qu’on est sur notre vélo. J’ai resté Léopard camps. En discutant avec l’un des guides du parc, j’ai appris que les gros monticules de terre rouge, que je vois constamment sur le bord de la route, sont l’habitation des termites. Pour construire amoncellement, qui sont de tailles variables, ils creusent le sol, remonte la terre a la surface et la transporte toujours au plus haut point de l’amoncellement. Ces montagnes de terre sont prisées par  compagnies minières. Ils utilisent  ces monticules pour accéder plus facilement aux couches soutéraines du sol lorsqu’il recherche des minéraux. La profondeur du trou est normalement équivalente a la hauteur du tas, ce qui leurs facililitent grandement la vie lorsqu’ils font de l’exploration. Ces amoncellements sert aussi de refuges a d’autres animaux tels les serpents, les écureuils…Avant de broutter, les antilloppes les gravitent aussi souvent pour s’assurer qu’aucun prédateur n’est proche.

Après Mbarara, j’ai décidé de reprendre mes vieilles habitudes et de dormir dans les villages et non a l’hotel. Au début du voyage, j’avais besoin d’un peu de temps pour absorber la transition, gérer le stress, apprendre a avoir confiance en mon nouveau vélo… J’ai besoin de ce contact étroit avec les gens du pays. Le jour, j’ai pas beaucoup le temps d’échanger avec les locaux. Je suis fatiguée, je fais du 10 km / h. J’aime être dans ma bulle. Les interactions sont donc brèves. C’est tellement agréable de poser la tente chez les locaux et de partager leurs habitudes de vie. Quoique depuis que j’ai modifié drastiquement mon mode de vie au Canada, leurs habitudes de vie sont maintenant assez similaires aux miennes (se laver avec l’eau de la pluie, faire le lavage a la main, s’éclairer aux bougies..).


Je me prends présentement quelques jours de repos au lac Bunyonyi pour reposer mes jambes, me baigner et bien manger. Le lac Bunyonyi est situé au Sud-Ouest de l’Ouganda, a proximité de la frontière du Rwanda. Bunyonyi signifie l’endroit de nombreux oiseaux. Il est donc possible d’y observer plusieurs espèces. Le lac se situe sur une faille d’origine volcanique. La température y est fraîche (environ 25 degré) et on peut s’y baigner en toute quiétude. En Afrique, malheureusement, plusieurs lacs sont contaminés (ex. lac Victoria, lac Malawi). Quand on s’y baigne, on s’expose donc au risque d’attraper la bilharziose (parasite qui vit dans les vaisseaux sanguins).  Il est cependant très facile de se débarrasser de ce parasite au stade précose. Je me rejouis donc de pouvoir m’y baigner en toute sécurité ( pas de crocros, hippos..). Je fait du camping a la guess house / hostel Edirisa (www.edirisa.org). C’est un super endroit situé sur le bord du lac. C’est hyper abordable, propre et super naturel. On peut y poser sa tente pour 4 $ et la nourriture y est vraiment bonne. Je vais y rester pendant quelques jours, question de reprendre des forces avant d’affronter les milles collines du Rwanda

En Ouganda, les gens travaillent très fort et il est parfois déstabilisant d’y être en vacance et de se parader avec tous ces beaux joujoux. Hier sur la route, j’ai croisé ces gens qui lançaient du haut une falaise, de gros cailloux. Des hommes étaient en bas pour les collecter et les casser en petits morceaux pour y faire de la petite pierre. Je prends peu de photos de ces gens qui travaillent si dure. Je m’en sens incapable. Aujourd’hui, je voulais me baigner sur le quai mais il y avait une employée qui y faisait tout son lavage a la main. Elle avait une MONTAGNE de linge a laver. Je n’ai jamais été capable d’aller me baigner et de faire du yoga pendant qu’elle était sur le quai. Je lui ai offert mon aide pendant plus de deux heures. Avec mon aide, elle a du mettre au moins 3 ou 4 heures a compléter cette tache qu’elle exécute 3 x par semaine pour toute la famille. Quand je lui ai dit qu’elle paraissait plus vieille que son âge (un compliment de ma part), elle me répondu qu’elle avait l’air plus vielle que 21 ans puisqu’elle travaillait beaucoup. Elle m’a complimenté en me disant que j’avais l’air beaucoup plus jeune.

Fait cocasse, il est interdit de fumer dans les rues en Ouganda.

Publicités

2 réponses à “Masaka – Lac Bunyonyi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s